3 manières dont le Covid-19 a impacté les CFO

3 manières dont le Covid-19 a impacté les CFO

C’est un terme qui a été utilisé à foison dans les médias depuis mars 2020 - mais nous nous trouvons en effet dans une période « sans précédent ». Dans le cadre de la pandémie de Covid-19 mondiale, les entreprises et personnes physiques doivent s’adapter à une nouvelle façon d’opérer et de travailler dans un monde de confinements et de distanciation sociale.

Tout en gérant la crise au quotidien, les dirigeants d’entreprise ont dû réévaluer la manière d'avancer, et les CFO et la fonction financière ont un rôle crucial à jouer dans ce cadre.

En février 2020, nous avons interrogé 847 décideurs financiers de haut rang au sein d'organisations d’Europe occidentale pour connaître leur point de vue sur le monde des affaires actuel et les implications pour l’avenir. Nous ne savions pas que le Covid-19 allait changer notre façon de vivre et de travailler en un si court laps de temps.

La pandémie nous offre cependant une opportunité unique. En organisant une deuxième enquête en mai, nous avons pu directement comparer l’opinion des responsables financiers avant le Covid-19 et plusieurs mois après la pandémie.

Découvrez notre Rapport 2020 sur « The Finance Leader of Tomorrow » en cliquant ici.

La confiance des CFO en perspective

Depuis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré officiellement le 11 mars que le Covid-19 était une pandémie, plusieurs rapports ont étudié son impact sur la confiance des entreprises. Sans trop de surprise, les dirigeants d’entreprise sont globalement moins confiants aujourd'hui qu'ils l'étaient avant la pandémie.

Cependant, alors que l’incertitude est plus marquée, notre enquête a également démontré que les CFO sont nombreux à rester optimistes vis-à-vis de leur entreprise, de leur fonction personnelle et de leur capacité à orienter la nouvelle fonction financière dans la nouvelle norme.

On peut l’expliquer par le fait que les premiers mois suivant la pandémie, les CFO n’avaient aucune idée de ce que l’avenir leur réservait. Cependant, dans un rapport publié en juin 2020, seuls 4 % des CFO ont avoué que l'impact de la crise restait difficile à prédire, signe qu'ils avaient une vision plus claire du chemin qu'ils allaient devoir parcourir.

Sachant cela, voici trois observations essentielles, vues sous le prisme du Covid-19, extraites des réponses des CFO à notre enquête.

La confiance et l’optimisme subsistent

En débutant 2020, les responsables financiers étaient très confiants vis-à-vis de l’année à venir, même en prenant en compte les turbulences économiques provoquées par des problèmes comme le Brexit. Selon notre étude, l'optimisme était omniprésent vis-à-vis des ventes et des profits (respectivement 67 % et 69 % des responsables financiers anticipant une amélioration des ventes et de la rentabilité).

Lors de la deuxième étude, les chiffres des ventes et de la rentabilité sont tombés à respectivement 52 % et 48 %. Même s'il était tentant de se limiter à la valeur chiffrée du recul, ces chiffres continuent de refléter un positivisme important au vu de l’interruption massive des pratiques de travail normales.

La confiance marquée des entrepreneurs dans l’étude de février 2020 se reflète dans la manière dont les responsables d’entreprise se perçoivent. Interrogés à propos de leur fonction pour l’année à venir, confiants (50 %) et optimistes (48 %) étaient les deux adjectifs les plus souvent cités.

Ces chiffres sur la confiance et l’optimisme étaient inférieurs dans la deuxième étude (respectivement 36 % et 42 %). Parallèlement, on a assisté à une hausse compréhensible de ceux qui se sentaient stressés ou effrayés. Il est cependant notable de constater que les termes confiants et optimistes restaient élevés par rapport à tous les autres sentiments, ce qui prouve clairement la résilience dont les CFO font preuve.

Interrogés après la pandémie sur la raison de leur optimisme, les responsables financiers ont cité avant tout les avancées technologiques (voir plus bas) et de nouvelles opportunités. Cependant, le sentiment que les choses allaient rapidement revenir à la normale était omniprésent.

La crise immédiate étant gérée et les implications du Covid-19 devenant plus claires, les CFO étaient nombreux à penser que les raisons d’être optimistes avant la crise allaient revenir.

La technologie, le moteur principal de l'optimisme

Les nouvelles technologies étaient l’un des principaux facteurs stimulant l’optimisme des responsables financiers avant le Covid-19.

Interrogés en février à propos de l'impact de différentes tendances sur leur entreprise (dont l’accès aux finances, la croissance économique et le commerce mondial), 78 % des responsables financiers ont expliqué que les nouvelles technologies avaient eu un impact positif sur leur entreprise lors de l’année écoulée, les plaçant en première position.

Dans le même temps, ils sont 73 % à avoir expliqué se sentir enthousiastes par rapport à l’impact potentiel de nouvelles technologies à l’avenir - chiffre passant à 75 % lors de l’étude menée en mai.

Le rôle de la technologie pendant la pandémie a été crucial - et pas seulement en raison de la tendance croissante au travail à distance. Les fonctions financières qui avaient investi dans la technologie pour faciliter leurs opérations, dont l’automatisation des processus, auront probablement vécu le confinement de manière plus fluide.

Cet enthousiasme pour la nouvelle technologie se reflète dans un engagement permanent pour l’investissement. Avant le Covid-19, lorsqu’on leur a demandé ce en quoi ils allaient investir si leur entreprise devait s’endetter davantage, la technologie numérique était la principale priorité, évoquée par 22 % des responsables financiers.

Même pendant la pandémie, 21 % continuaient de dire qu’un investissement dans la technologie numérique restait une priorité essentielle (uniquement dépassée par le fonds de roulement, qui était la priorité d'investissement essentielle pour l’année à venir pour 30 % des personnes interrogées). Et c’est compréhensible, quand on connaît le besoin de survivre dans le climat actuel.

Quand on voit que le chiffre des investissements dans la technologie est resté constant, il est probable qu'il redevienne la priorité numéro un des entreprises à moyen/long terme, et tout particulièrement lorsqu’elles devront réinventer leurs activités après le Covid-19.

Flexibilité et adaptabilité sont des aptitudes du CFO plus importantes que jamais

Avant la pandémie, le rôle traditionnel du CFO était déjà en train d'évoluer, combinant aptitudes purement techniques à la stratégie et l’innovation. À mesure que les CFO entrent dans la nouvelle norme, ces aptitudes vont évoluer davantage vu qu'ils ambitionnent de diriger avec confiance.

Interrogés en février à propos des compétences de base nécessaires pour réussir, les CFO évoquaient avant tout flexibilité et adaptabilité, loin devant des aptitudes plus traditionnelles comme « orientation sur les résultats » et « études ».

Ces caractéristiques sont devenues d’autant plus critiques qu’elles permettent à la fonction financière de naviguer dans la pandémie. Flexibilité et adaptabilité sont en effet les caractéristiques ayant le plus progressé par rapport à la période précédant la pandémie de Covid-19.

CFO skills

Évaluer le chemin qui reste à parcourir

En dépit de l’incertitude, justifiée, provoquée par la pandémie, il est important de se rappeler qu'il y a un avant le Covid-19, et qu'il y aura un après.

Même si une période difficile attend de nombreuses entreprises, il est évident que lorsque la crise se terminera, les facteurs sous-jacents moteurs de la confiance et de l’optimisme des responsables des finances reviendront au premier plan.

Terminons sur l’avis de Louise Jordan, CFAO, Euler Hermes Amérique du Nord : « Les CFO devraient être optimistes face à la résilience et à la créativité nées de la crise. Dans les mois à venir, l’économie va se redresser et des nouveaux produits et services n’existant pas avant la crise apparaîtront. Dans le même temps, les employés vont trouver de nouvelles façons, intelligentes de travailler. En combinant ces éléments, vous aurez une entreprise plus forte et plus efficace qu’avant la crise. »

Téléchargez le rapport de notre enquête

20 résultats

sept. 07, 2020 | Défauts de paiement

Ce que les directeurs financiers pensent de la crise

Au printemps 2020, Euler Hermes a mené une enquête à grande échelle auprès de plus de 1.000 directeurs financiers. Comment vivent-ils l'impact du Covid-19 ? Leurs réactions sont assez nuancées. Découvrez-en plus dans cet article.

août 31, 2020 | Défauts de paiement

Risques de faillites : prévenir et guérir

L'augmentation prévue des faillites a été amplifiée par la crise du Covid-19. Comment protéger votre entreprise contre ce risque accru ? Nos maîtres-mots sont prévenir et guérir.

août 25, 2020 | COVID-19, Défauts de paiement

Le monde après le Covid-19

En mai 2020, Matt Williams a commencé à travailler chez Euler Hermes BeLux en tant que Directeur Risque. Trois mois plus tard, nous lui avons posé 5 questions sur le monde sous l’impact du Covid-19.

20 résultats